Laetitia au fil des mots

Laetitia au fil des mots

Fête traditionnelle de la pentecôte dans un village Alsacien

 Situation géographique :

Rosenwiller
est un charmant petit village viticole de 700 âmes, situé à 30 km à l'ouest de Strasbourg, dans le
département du Bas-Rhin, canton de Rosheim. La commune est située à 280m d'altitude dans le Piémont des Vosges.
Le charme typique de ce petit village réside dans l'architecture propre à l'Alsace, avec ses maisons à colombages et très colorées. Ce village, entouré de vignes, est une invitation à la promenade. Il possède également un cimetière israélite, dont la première mention date de 1349.
Les spécialistes estiment que ce cimetière a servi à plus de six mille inhumations. Le registre du cimetière, ouvert en 1753 référence à ce jour environ cinq mille tombes. Actuellement, deux ou trois inhumations ont lieu par an.
Ses habitants, les rosenwillerois, ont la générosité dans leur coeur.



Rosenwiller, maison typiquement Alsacienne.



Tradition :

Avec la fête du Pfingstessel, Rosenwiller perpétue la tradition

La fête de la pentecôte est une fête païenne des plus anciennes et est restée dans la mémoire de nombreux villages alsaciens. Selon les régions, cette coutume se manifeste de différentes manières. Le village de Rosenwiller et le club des jeunes respectent la tradition.

Rosenwiller perpétue cette année encore une ancienne tradition, celle de la fête de pentecôte.
Grâce au club des jeunes, la coutume ancestrale du Pfingstessel (l'âne de pentecôte) est préservée.
Le club des jeunes de Rosenwiller est composé d'une quarantaine d'adolescents de 16 à 21 ans, très investis dans le village. Ils prennent leur rôle d'animation et de préservation des traditions très au sérieux.

L'histoire raconte qu'à une ancienne époque, les adolescents organisaient cette fête au moment du certificat d'études, vers treize-quatorze ans.
Cette fête, qui marquait le passage à l'âge adulte, symbolisait le renouveau, le culte de l'eau et de la fertilité. L'esprit de la végétation était sacrifié pour que la récolte soit plus fertile.

Les plus âgés disent que le Pfingstessel, structure construite en rondins, en branchages et en feuillages sous laquelle se répartissent des porteurs qui défilent dans les rues du village, allait chasser les mauvais esprits.
Allant sonner de portes en portes, ils recevaient "quelques dons de nourriture et de boissons", comme en témoigne Bernard. A cette époque, le Pfingstessel était jeté dans le ruisseau qui avait encore assez d'eau.



Le Pfingstessel (âne de pentecôte), structure de rondins, de branchages et de feuillages, portée par les jeunes du village.


Cette fête très ancienne, dont personne aujourd'hui ne peut dire à quelle époque elle a pris naissance, a aussi pour but de chasser les mauvais esprits de l'hiver.
Il y a une trentaine d'années, les jeunes du village, ont repris la tradition oubliée pendant une période, en brûlant les mauvais esprits sur un bûcher pour faire place au renouveau et au beau temps, qui n'a pas manqué cette année de répondre présent à l'appel.
Dans une humeur très festive et accompagné de quelques chansons en dialecte, le Pfingstessel a défilé dans les rues du village, suivi par un cortège d'enfants et d'adultes.
Les vignerons de Rosenwiller, respectueux de la tradition, ont offert à boire aux porteurs avant de prendre tous ensemble la direction de la colline, devant le bûcher, où s'est déroulé la suite de la fête animée par cinq orchestres.
Les villageois ont pu se restaurer et profiter pleinement de la manifestation très bien organisée par le club des jeunes.



La structure avant l'embrasement.

Embrasement du bûcher qui brûlera jusqu'au petit matin...

 

Laetitia P.
19 mai 2013

© Laetitia P.  Toute reproduction interdite sans l'autorisation de
l'auteur.
Tous droits réservés.


 



19/05/2013
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres