Laetitia au fil des mots

Laetitia au fil des mots

Roger et Nénette sur les routes de France… la belle aventure.

Peut-être l’avez-vous  croisé sur les routes de France, peut-être même que vous êtes allés à sa rencontre ?

Roger Lefebvre, un jeune gaillard de 72 ans a entrepris de parcourir les routes de France le 5 avril 2014, jour de son anniversaire, avec son ânesse du Cotentin qui porte le délicieux prénom de Nénette.
Leur coup de foudre commence il y a 14 ans, lorsque, suite au décès de son premier propriétaire, Roger achète Nénette alors âgée de sept mois.
Dès lors, les deux compagnons ne se quitteront plus, l’un et l’autre s’adoptent et deviennent  inséparables.

Né dans une belle et grande famille de 15 enfants en 1942, Roger  exerce le métier de plombier chauffagiste durant sa carrière. Il est le père de quatre enfants.
Il vit aujourd’hui à la Chapelle-Réanville en Haute Normandie, lieu de départ de son tour de France.



roger 006.JPG
Roger Lefebvre. Crédit Photo : Laetitia PAZ



Il y a quatre ans, blasé d’entendre ses amis raconter les récits de leurs voyages à l’étranger, il décide d’entreprendre son voyage avec Nénette pour démontrer que notre pays mérite d’être découvert et connu. Durant les 3 années précédant son départ, il prépare Nénette à leur futur périple.
Il lui apprend à marcher sur les routes, à s’habituer aux bruits et aux contraintes d’urbanisation.

Lorsqu’il annonce son projet à ses proches, Roger ne cache pas qu’on rit un peu de lui, mais très vite, tous comprennent que plus rien ne l’arrêtera.

Le jour J enfin arrivé, le maire de la Chapelle-Réanville, de nombreux amis et curieux célèbrent son départ qui est aussitôt médiatisé. La presse s’empare de l’extraordinaire aventure qu’ils s’apprêtent à partager, ainsi que la télévision.

Le parcours était bien établi, au bout d’un mois, l’insolite duo se retrouve à Thouars dans le département des Deux-Sèvres, il suit alors la voie romaine et la voie Henri IV  pour se retrouver un mois plus tard à Bouglon, dans le Lot-et-Garonne.  
Roger Lefebvre témoigne : « J’ai marché à côté de la voie de Saint Jacques de Compostelle. Ces chemins sont des routes de prières où l’on rencontre des pèlerins mais où l’on ne découvre rien. J’ai donc voulu faire un parcours découverte en passant par tous les petits villages un peu oubliés pour redécouvrir tout l’historique des ces endroits.  J’ai alors suivi ces chemins qui m’ont mené jusqu'à Pau ».

Peu à peu, leur aventure fait  bruit et de nombreux fans commencent à suivre leurs tribulations.
La solidarité se fait de plus en plus forte et beaucoup de personnes lui proposent le gîte et le couvert.
Rien n’arrête Roger et Nénette qui parcourent entre 20 et 30 kilomètres par jour, s’abritant toutes les nuits chez l’habitant ou au petit bonheur la chance.

Leur route s’enrichit de rencontres et de beaux moments de partage au fil des régions qu’ils traversent.
Les deux compères prennent ensuite la route en direction des Corbières jusqu’à l’Abbaye de Fontfroide en passant par la chaîne des Pyrénées pour rejoindre ensuite le Lazarc en traversant les canyons de l’Hérault jusqu’aux Cévennes Nord.
Ils redescendent plus tard au le Puy-En-Velay pour remonter vers le Haut-Jura en traversant la Vallée Froide et partent ensuite vers la Vallée Bleue, longeant le Rhône, et arrivent en Alsace, dans la ville de Rosheim, le 1er octobre.
Plus de 2500 kilomètres les séparent de leur point de départ lorsque je vais à la rencontre de Roger.


Parcours Roger Lefebvre.jpg
Carte du parcours de Roger et Nénette.



Lui et Nénette s’offrent une petite pause de quelques jours chez le sabotier de Rosheim (voir article http://laetitiaclp.blog4ever.com/portrait-d-un-sabotier), membre de sa famille éloignée,  en attendant de pouvoir reprendre la route avec des vêtements plus chauds et un duvet plus épais que son épouse viendra lui apporter.

J’en profite pour interviewer Roger sur son parcours, mais aussi sur les rencontres dont il s’est nourri au fil des six derniers mois de voyage.
« Au départ, je tenais à faire un parcours médiéval, je ne voulais pas loger chez l’habitant. J’ai dormi dans des talus, des maisons en ruine, des arrêts de gare, des églises ou des chapelles.
Au fur et à mesure, les gens sont venus à ma rencontre pour me proposer le gîte et le couvert.
J’ai compris très vite qu’il serait vexant pour eux de refuser leurs invitations qui étaient pleines de générosité. »
Grâce à l’aide de sa fille, l’événement est très vite retracé sur les réseaux sociaux et les fans commencent à suivre ses aventures. Tous les jours les nouvelles arrivent et Roger met un point d’honneur à rester en liaison avec eux via son téléphone portable.
Il avoue avec émotion que le soutien qu’il reçoit de ses fans est très précieux.

« J’ai fait de formidables rencontres, je me suis enrichi de tous ses échanges et j’ai été touché par la sympathie, la générosité et le cœur des gens.
J’ai redécouvert la sensibilité des gens, et le partage de la route. Tout le long de mon parcours tout a été partagé. J’ai tant d’histoires à raconter que cela prendrait des jours ! ».

Lors de notre rencontre, il revient également sur ce qui le lie à Nénette.
« C’est l’homme à l’animal, et l’animal à l’homme.  Un âne, vit environ 45 ans, il n’a qu’un maître et se laisse mourir sans lui.
Plusieurs fois durant notre traversée de la France elle m’a été d’une aide précieuse.
Je me rappelle d’un jour où elle a refusé d’avancer, ne voyant pas de danger à l’horizon, je ne comprenais pas pourquoi elle avait ce comportement. D’un coup, j’ai vu cinq sangliers sortir à côté de nous. La fois d’après, c’était une vipère qui était près de nous et Nénette l’avait senti ».

Aujourd’hui, il reste à Roger et Nénette pas moins de 650 kilomètres à parcourir et autant de belles rencontres à vivre avant de rejoindre la Haute Normandie.
Lorsqu’ils partiront de Rosheim, ils se dirigeront vers Saint-Dié, Reims puis le Nord de Paris pour rejoindre la Haute Normandie que Roger espère regagner vers la fin Novembre.

Dès son retour, il nourrit déjà le projet de relater sa belle aventure avec Nénette dans un livre.

roger and nenette.jpg
Roger et Nénette.

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à consulter le blog de Roger :
rogernenette.blogspot.com
Ou en tapant Roger Lefebvre sur Facebook.


Laetitia PAZ- PELLETIER
04.10.2014


04/10/2014
0 Poster un commentaire

Quand L'A350 survole Obernai

Dès la fin de matinée, on entendait dans le ciel alsacien les moteurs du dernier Airbus A350 XWB (eXtra Wide Body, signifiant fuselage extra large en anglais).

Les habitants du secteur de l'aéroport d'Entzheim et de la région d'Obernai ont été surpris pas ces vols répétitifs à basse altitude.

Il s'agit en réalité d'essais de performance menés dès le début du mois de juin pour tester le nouvel appareil avant sa certification prévue au deuxième semestre de cette année.
En effet, les premiers essais ont eu lieu le 14 juin 2013 à 10h00 à l'aéroport de Toulouse Blagnac.
Sa livraison à Qatar Airways est prévue fin 2014.
L' A350 XWB est le dernier biréacteur long courrier de la société Airbus. Il accueille entre 270 et 350 sièges.

Le bel oiseau en images :

A350 001.JPG
Crédit Photo : Laetitia Paz-Pelletier


A350 002.JPG
Crédit Photo : Laetitia Paz-Pelletier



Le 22 mai 2014

Laetitia Paz-Pelletier.


22/05/2014
0 Poster un commentaire

A lire ! projet...

Je crois qu'il est temps, temps pour moi de me positionner en tant qu'écrivain. De mettre au monde les mots si longuement retenus en otage par mon âme, mon cœur et mon esprit.
Il est temps d'enfanter le verbe, comme un accomplissement de soi, une offrande à la vie et peut-être au lecteur avide de mots, de sensations, de vibrations.
Donner naissance à la continuité de ma pensée par l'écriture, de faire résonner la phrase sur la feuille pour les yeux d'un autre, un autre qui ne soit pas moi. Verser dans la coupe de cet autre l'élixir des mots, de lui donner goutte à goutte l'envie de dévorer et de s'enivrer du parfum d'un livre.
Il est temps d'arrêter d'avoir peur, peur d'échouer, de ne pas arriver à la perfection, pas celle attendue par les autres, mais celle que l'on exige de soi-même.
Elle me semble aujourd'hui ridicule cette peur d'écrire, aussi ridicule qu'une femme qui avouerait ne pas vouloir être enceinte par peur d'une fausse-couche.
Oui, vraiment, je crois qu'il est temps pour moi de vous donner un peu de mes pensées, un peu de mon intimité et de la partager avec vous au fil des pages, de ce que je m'apprête à écrire...

J'en profite également pour vous remercier de me suivre et pour m'excuser de mes absences de ces derniers temps.
Il est vrai que je suis accaparée par un projet de taille puisque j'ai crée un magazine d'Art avec Franz Muzzano, et que nous comptons le commercialiser dès la rentrée.
Pour en savoir plus, suivez le lien suivant qui vous guidera jusqu'à notre site internet :
http://actuartmagazine.com/
Vous y trouverez tous nos numéros déjà publiés et voici également notre page Facebook si vous souhaitez nous soutenir :
http://www.facebook.com/ActuArtMagazine

Merci à tous et à très vite <3

Laetitia
11.08.2013

11/08/2013
0 Poster un commentaire

Mon Amour, mon Ami

"Je te disais des mots d'Amour mon Ami
Tu me disais des mots d'amis mon Amour,
Combien de fois t'ai-je maudit mon Ami
Car je manquais de tes mots dits mon Amour,
Et si mon coeur se livre à toi mon Ami
C'est pour que tu me délivres mon Amour,
Il fait sans cesse le tour de toi mon Ami
Et replonge en toi sans détours mon Amour,
Si mes maux s'enchaînent à ton coeur mon Ami
Ils déchaînent encore tant d'Amour mon Amour"

Angie

02.07.2013


02/07/2013
0 Poster un commentaire

Après l'amour...

Après que l'Amour vous a offert sa route de fleurs, de soleil, de plénitude ou de tout ce qui représente à vos yeux l'Amour, et que l'autre vous lâche la main pour prendre une autre route, on se retrouve soudainement face à un désert aride.
Il reste en vous toutes ces choses que l'on se refuse à appeler souvenirs.
Et après le bonheur, la douleur s'installe en vous comme un mal qui vous ronge, ce mal qui creuse lentement le sillon abyssal de votre âme.
On se trouve plongé dans le noir, aveugle de tout espoir, privé d'Amour et condamné à errer sur une terre sèche, sans relief. Il devient impossible de se battre contre cette douleur.
On cherche vainement comment on pourrait s'en débarrasser.
Prendre son cœur, son âme, ses pensées et creuser un trou profond, enterrer toutes ces choses-là et courir le plus loin possible très rapidement, devient le but ultime à atteindre.
On devient un corps vide, vide de vie, d'Amour, creux... On pactise secrètement avec le diable et on se demande s'il existe une vie après l'Amour et un jour...

02/07/2013
0 Poster un commentaire