Laetitia au fil des mots

Laetitia au fil des mots

Le monde associatif local a besoin de nous !

Je voudrais, le temps d'un billet, rendre hommage aux milliers d'hommes et de femmes du monde associatif.

Selon les chiffres, en France, on estime que 46% des Français âgés de plus de 18 ans adhèrent à une association, ou encore que 32% des Français exercent une activité bénévole.
Les associations représentent la quasi-totalité des structures d'accueil d'urgence aux personnes en détresse.

Un lit d'hôpital sur dix est géré par une association et les trois-quarts de l'hébergement médico-social privé sont pris en charge par des associations.
Mais intéressons-nous de plus près aux associations locales. Si les autres, plus célèbres, bénéficient d'une publicité et d'un retour qui n'est plus à démontrer, il apparaît que les petites associations, elles, manquent cruellement de fonds et de bénévoles.
Leurs ressources financières  sont en principe constituées par les cotisations de leurs membres. Toutefois, elles se révèlent souvent insuffisantes.


Au cours de mes reportages, je rencontre ces hommes et ces femmes de bonne volonté qui s'investissent parfois tant qu'ils sacrifient tout leur temps libre pour les causes qu'ils soutiennent.
Je constate dans le milieu associatif une générosité de coeur, un esprit de solidarité et de don de soi incroyable quand il s'agit de cause humaine.
Ils sont pleins d'élan et d'humilité, si communicatifs du bonheur qu'ils ont à mener leurs combats, et le font toujours pour les autres sans jamais rien demander pour eux.
En fait, je dirais qu'ils sont les anges de la société. Ils sont là pour soutenir ceux qui ne peuvent plus voler de leurs propres ailes.

 

 

J'entends parfois des gens se plaindre des diverses sollicitations des associations. Personnellement je pense que c'est une chance qu'elles existent.
En cas de problèmes, qui serait-là si les associations n'existaient pas ? qui peut prétendre que jamais il n'aura besoin de l'aide des autres, de leur soutien, de leur mobilisation ? et qui le fera le jour où ? l'État ?
Au fil des années l'État compte de plus en plus sur l'esprit de solidarité, il se décharge de son rôle sur les associations pour se débarrasser des problèmes auxquels il ne peut pas ou ne souhaite pas faire face.

 

Je constate aussi souvent les difficultés que les associations rencontrent pour mobiliser du monde lors des événements qu'elles organisent, surtout lorsque qu'elles sont peu connues, ou locales.
Impossible de déterminer pourquoi lorsqu'un artiste se produit à titre personnel il arrivera à remplir une salle, alors que lorsqu'il se produit en s'associant à une cause, force est  de constater que souvent peu de monde répond à l'appel. Car soyons honnête, sur une salle de cent personnes, en retirant les bénévoles, les familles et amis des bénévoles qui sont venus, il ne reste malheureusement souvent que très peu de public. Je parle bien entendu des événements locaux avec des associations locales.


Comme je l'ai dit, les associations locales vivent avec peu de moyens. Les sponsors se font de plus en plus rares. Beaucoup d'entre elles font appel au système de la débrouillardise.
Certaines communes ne font aucun effort pour les tarifs de location des salles, d'églises ou autres lieux mis à disposition, et on constate bien souvent que le bénéfice réalisé à la fin de l'événement, une fois toutes les charges déduites, est quasi nul.


Sans vouloir être moralisatrice, je trouve qu'il faudrait plus de bonnes âmes, de solidarité et d'ACTIONS.
Combien se cachent derrière des panneaux sur Facebook par exemple avancant leur "solidarité" surfaite sans jamais rien faire d'autre que de cliquer pour se donner bonne conscience ou pensant donner à leurs amis une "vraie fausse" bonne image d'eux même ?

La solidarité est dans l'action ! la vraie !
On ne peut bien évidemment s'investir dans chaque action menée par les associations, mais une chose est certaine, c'est que lorsqu'on le fait on en ressort grandi, un peu plus riche d'humanité, de partage et souvent d'humilité.
La solidarité est une chose qui ne s'enseigne pas. C'est dommage, car à mon goût cela devrait être un devoir civique.
Ce qui est à retenir surtout ici, c'est que derrière l'association locale il y a une cause, et souvent, derrière chaque cause il y a  des hommes, des femmes et des enfants qui n'attendent que nous pour être aidés, ou secourus. Alors pourquoi ne pas tendre la main, donner un peu de son temps et partager ?


Pour les petites associations qui cherchent un moyen de défendre leur cause et qui sont dans le besoin permanent de fonds pour assurer leur pérennité, je vous partage un lien qui vous aidera sans doute (sous réserve de remplir les conditions).
Il existe un site " ALVARUM" qui vous aidera à récolter des fonds. Toutes les instructions sont mentionnées sur le site :

http://fr.alvarum.com/

Si vous n'êtes pas une association mais que vous voulez vous investir, vous pourrez également le faire par ce biais.
Je propose également aux associations qui désirent se faire connaitre, de mettre leurs liens dans les commentaires de cet article pour partager leurs actions et leurs besoins.
Notez que toute publicité commerciale autre qu'associative sera supprimée !

Pour conclure, je vous souhaite à tous de vous enrichir dans les actions de solidarité et je remercie tous ceux qui me font partager des moments forts et inoubliables.


Laetitia P.
03.04.2013


© Laetitia P.  Toute reproduction interdite sans l'autorisation de
l'auteur.
Tous droits réservés.










 



21/03/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres